Il y a l’avant et il y a l’après : la charge mentale 

Lire cette so famous bd d’Emma m’a fait un véritable choc. 

Mais oui. C’est ça. C’est exactement ça. Une révélation. La colère est venue ensuite, la honte aussi. Comment et pourquoi continuer d’accepter ça ?

C’est ce que je n’arrive pas à expliquer à mon copain quand je lui dis que je n’en peux plus, que je fais tout dans cette maison, que je suis fatiguée. 

Merci Emma, vraiment. Ton texte m’a donné une arme, un argument, un outil de défense. Un nom sur mon mal-être et sur ma tête qui explose.

IMG_3200

Une raison à cette haine qui me prend quand juste après le dîner mon compagnon se pose avec un bouquin et que je trottine dans la maison en mode « préparer les vêtements pour demain-mettre les goûters dans les cartables-signer les mots dans les cahiers-envoyer un message à la baby-sitter pour confirmer pour mercredi- aller éteindre la clim dans les chambres et remonter les draps sur les petits corps endormis ». Et qu’ensuite il m’accueille avec un « ba alors qu’est-ce ce que tu faisais ? ».

Un mot sur ma colère quand il m’appelle pendant qu’il fait les courses (en suivant une liste de courses made by me of course) pour me demander s’il « faut acheter le jambon par 4 ou par 6 », « avec ou sans couenne », « de la marque ou pas de la marque ».

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase quand mes collègues viennent me demander s’il reste des stylos verts ou des craies, du café ou du papier toilette (oui, au travail aussi je suis leur mère à tous…).

L’une des raisons pour lesquelles certaines amies proches (coucou ma poulette) se séparent de leurs amoureux. 

Un tue-l’amour. Un bâton dans les roues du quotidien.
Merci pour toutes les discussions (ok, disputes) que ça a pu provoquer dans mon couple et chez les autres, pour l’effet boule de neige et traînée de poudre. 

La charge mentale, bordel.

Publicités

12 réflexions sur “Il y a l’avant et il y a l’après : la charge mentale 

  1. En lisant la bédé. Je me suis dit que j’avais beaucoup de chances avec mon mari. Et en faite… en me replongeant dans notre passé, ce n’étais absolument pas comme ça au début de notre relation. Nous avons eu des crises (comme tous les couples), nous avons travaillés énormément là dessus. Absolument sans jamais le nommer, sans jamais le vouloir explicitement. Je dit cela pour dire/confirmer que cela peut changer. Beaucoup d’amour, de discussion,… d’écoute empathique… Sont nécéssaire, mais cela vaux la peine et on en sort grandi, évidement. 🙂

    Je vous souhaite le meilleure.

    Et à la réflexion, il me reste encore une certaine culpabilité. Quand je me rends compte d’un type de charge mentale qu’il assume, une petite voix me dit « Roh, et tu n’assumes pas ça! » C’est la part du travail qu’il me reste à faire!

    J'aime

    • Nous aussi ça va mieux, on est partis de plus loin que ça. A force de discussions mais aussi de disputes et d’ultimatum, oui on est allés jusque là, il assume de plus en plus dans la mesure du possible (travaille tard et énormément week-ends compris). Mais je ne perds pas espoir que ça se passe encore mieux 😉

      J'aime

  2. Tout ce qu’on fait pendant qu’il est posé sur le canapé après le repas : c’est tellement ça !!!!
    Bon, en été, il est moins posé parce qu’il a des trucs à faire dehors (potager, piscine…. Choses dont je n’ai absolument pas la charge mentale d’ailleurs) mais le reste de l’année, c est ça : étendre une lessive, préparer les goûters, signer les cahiers d’école…
    Ça s’améliore quand même, à force de messages plus ou moins subliminaux (genre lui envoyer la BD) mais doucement…

    J'aime

    • Il y a des trucs aussi dont je n’ai pas la charge mentale : faire les déclarations d’impôts ou le « bricolage ». Sachant que le premier ne se fait qu’une fois par an et que les autres 2/3 fois par an (de type accrocher un cadre ou changer les ampoules, c’est ce que j’appelle le bricolage chez nous !!). Ca me rend dingue. Surtout qu’il a l’air de se trouver trop fort de faire tout ça !

      Aimé par 1 personne

  3. Et quand sur un coup de tête, il se met à faire du tri dans le garage/cave/chambre des enfants, il reproche que je ne suis pas venue l’aider :-p
    Ce qui est dingue, c’est que j’ai remarqué qu’il y a certaines choses que je ne veux pas déléguer ou alors je culpabilise si c’est lui qui fait et pas moi (alors que lui ne culpabilise pas quand je sors les poubelles à sa place)

    J'aime

    • c’est trop ça !! Des fois il se met à faire un truc (déboucher le lavabo, installer un tableau au mur) mais faut que je sois dispo pour l’aider à la seconde pour faire son assistante -_- . Maintenant quand il se lance, si je suis pas dispo je le préviens que je serai pas là pour faire l’assistante- souffre douleur

      J'aime

  4. J’ai l’impression qu’on est toutes dans le même bateau !! Et encore j’ai la chance d’avoir un mari qui m’aide ! Mais ça n’empêche pas d’être fatiguée que j’en ai fait un article !

    J'aime

  5. Bonjour,
    Ici aussi ca a été une révélation dans notre organisation. Surcharge mentale à la maison, au boulot, avec une asso…
    Avec « diagnostique » du médecin, qui mais les mots surcharge mentale intensive… Mais pas vraiment de solution pour sortir de cet état, juste des pistes prendre (en particulier prendre du temps pour soi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s