Le bruit de la pluie

Il y a des jours où tout s’enchaîne parfaitement.

Le week-end de pont, 4 jours à 4, la pluie, les crêpes, les châtaignes, la balade trempée et les sauts dans les flaques, le salon qui au fil de la journée ressemble de plus en plus à une salle de jeux, son rire dans le bain, aller hop on fait sauter la sieste c’est pas si grave et puis ça n’arrive jamais, la purée maison mousseuse dont on se gave, ça se voit que je suis pas maquillée ?

Il y a des livres que je ne peux pas raconter à ma fille sans pleurer en les lisant.

La_premiere_fois_que_je_suis_nee 51DEK4S930L._SX300_ la-ronde-des-post-it140509279704_gros

Et puis pas mal de chansons aussi, qui me font monter les larmes quand je les fredonne et qui finissent en trémolos. En fait, il y a peu de choses que je peux voir, lire ou entendre sans pleurer. Mais j’aime ça, ça me fait me sentir vivante. Trop vivante, parfois c’est douloureux, mais souvent j’aime bien ça.

Il y a des moments où moi qui ne croit en rien, vraiment rien, je crois que j’ai une bonne étoile. Aujourd’hui ma vie est comme je l’imaginais. Je ne l’ai jamais vraiment imaginé en fait, mais si je l’avais fait, elle serait comme ça je crois. Sauf peut-être ça et ça.

Et puis cette journée, cette harmonie, cette envie de troisième bébé qui parfois s’éloigne parce que et si c’était moins parfait après ?

Et puis l’odeur des châtaignes au four surtout.

Et puis le bruit de la pluie.

Publicités

Comment reconnaître le parent au travail ?

C’est bien simple, à mon travail, on est que 3 sur 17 à avoir des enfants. Pourtant ils ont tous entre 30 et 40 voire plus, mais cherche pas, dans la culture, les enfants, ça fait pas joli. Tu comprends, on devrait risquer de se lever TÔT et ça c’est juste pas possible.

photo (2)

Outre le réveil matinal, tu apprends vite à reconnaître le parent du non-parent sur ton lieu de travail :

Le parent dans son tuppperware de déjeuner n’a pas de papillote de poisson avec légumes croquants  ou de salade de boulghour sauce soja, non. Le parent a au mieux un reste de coquillettes avec un steach haché ou au pire du poisson pané déjà prédécoupé en morceaux pour que ça refroidisse plus vite tu comprends, et toujours toujours au dessert un truc ridicule de type petit-suisse à démouler, Frutos à la banane ou Danette avec smarties. Le non-parent fait mine de se moquer mais envie en douce le non-parent d’avoir une raison pour régresser (car les bons jours le parent a un reste de purée maison au lait et au beurre et ça c’est juste le paradis sur terre).

Le parent au travail est aussi le parent de tous ses collègues.
« tu as pas des mouchoirs ? »
Ba si il a des mouchoirs.
« J’ai mal à la tête t’as quelque chose ? »
Oui, le parent a quelque chose, au pire il peut même te faire une doliprane 900 à l’aide de 3 sachets vert de doliprane 300 spécial maternelle.
Un coupe-ongle ? Oui parfois. Un petit-encas ? Oui, toujours, si tu ne crains pas les miettes et les petit-beurre écrasés. Des lingettes, de la lotion antiseptique, du labello, des élastique (Hello Kitty certes), bref à peu près tout et n’importe quoi.

Le parent, si tu rentres à l’improviste à son bureau  est peut-être en train de se siffler une Pom’Pote en douce vers 11h du matin quand le petit-dèj de 6h30 est trop loin derrière.

Le parent parle souvent avec des petites onomatopées ridicules : « et hop » il allume son ordi, « et tac » il éteint la lumière, « et boum » il fait tomber son stylo.

Le parent commence à trépigner vers 16h car l’heure de la sortie approche,

Le parent saute sur son téléphone portable à la moindre sonnerie au cas où ça soit la crèche ou l’école qui l’appelle,

Le parent quand il sort un truc de son sac fait tomber un Playmobil, une tétine pleine de miettes ou un Lulu l’Ourson.

Le parent a toujours une petite tache quelque part et l’air froissé.

Bref, le parent aimerait passer inaperçu et faire passer ses cernes pour de la fatigue dû à un vernissage/apéro à rallonge/ »soirée de dingue on a pris le premier métro »…

Infos Primordiales #1

Comme chaque année à la même époque me voilà déjà prise de la frénésie de Noël. Mon iPhone est rempli de listes d’idées de cadeaux, j’ai déjà passé une commande chez Couffin Privé, et j’appelle grands-mères et beaux-parents touts les deux secondes pour mettre à jour les listes de cadeaux. Malheureusement, les activités pré-Noël risquent d’être plus que limitées rapport à mon emploi du temps mais je fais confiance à l’école, à la crèche et au centre aéré pour leur faire préparer tout plein de sablés épicés tout secs et d’oranges décoratives du meilleur goût !

Je trouve que j’ai repris un peu forme humaine depuis ce billet. En tout cas, je me suis fait un petit dressing tout simple, je me suis résolue à acheter des vêtements à ma taille et plus à-ma-taille-d’il-y-a-5-ans et surtout je me plais. Malgré ce ventre et de double-menton qui va avec parfois, malgré les petites rides et les moins petites cernes. Je surinvestis mes cheveux, mes chaussures et mon maquillage pour détourner l’attention. Les petits accessoires et les vêtements à la bonne taille (qui ne scient pas le ventre ou ne laissent pas déborder les poignées d’amour), ça change tout finalement !

D’ici quelques semaines vous me retrouverez sur le blog Papa Maman d’Evian qui m’a fait confiance pour vous sélectionner tout plein de bonnes adresses spéciales parents marseillais (et aixois  and co). En m’attendant (avec ô combien d’impatience j’imagine) vous pouvez toujours aller y lire les billets de ma keupine Cranemou (et des autres que je connais moins !), je vous tiens au courant !

J’envisage plus que sérieusement d’ouvrir un Tumblr sur les joies de l’immobilier. Les agents immobiliers quoi. Ils arrivent à me surprendre à chaque visite. Entre celui qui amène son énorme chien à une visite malgré ma fille terrorisée et le proprio dégoûtée, celle qui découvre en même temps que moi l’appart visité, ceux qui sont en retard ou ceux qui te harcèlent, ceux que TU harcèles. BREF, j’en découvre tous les jours et je vais bientôt finir par connaître l’intégralité des intérieurs de mes voisins !

Il faut que je revienne vite vous parlez d’Elles.

Elle qui a grandi d’un coup avec sa meilleure amie qui a perdu son papa et la découverte que oui, la mort, ça arrive à tout le monde, même pas si vieux que ça. Elle qui fait tellement de progrès dans la « défusion », qui parle comme une ado et qui me dit que je suis aussi belle qu’une baby-sitter. Elle qui me fait régulièrement péter les plombs et qui fait des additions de tête en se nourrissant exclusivement de chocolat chaud et de bâtonnets de concombre. On est pas sorti de la verge, comme dirait le Papa-razzi !

polaroid_00

Et puis elle qui n’a que quelques mots au compteur du haut de ses 19 mois, qui galope toute la journée, mange seule, quand elle décide de manger, me pousse dehors quand on arrive à la crèche tellement elle adore, serre fort sa grande soeur dans les bras sauf si elle a décidé de l’assommer, et voue un culte totale aux Barbapapas. Qui est d’ailleurs son premier mot, voire un des seuls !

Bref, j’ai des choses à vous dire !

L’immobilier pour les nuls

Bon je ne vous fais pas le coup du grand retour puisqu’apparemment je n’arrive pas à m’y tenir ! Et Dieu sait pourtant que j’en écrit des billets de blog dans ma tête chaque soir, trop fatiguée pour me relever !

Ceux qui me suivent sur Facebook le savent, on est en pleine recherche d’appartement à acheter depuis la rentrée. On est tellement riches depuis que j’ai signé mon temps partiel en CDI qu’on fait les foufous, on cherche un T4 en ville, de préférence comme le nôtre en mieux dans la même rue mieux placé le tout dans notre budget (mouahahahahaha).

Donc vous m’excuserez mais j’étais perdue dans les méandres de photos moches du Bon Coin avec tête du proprio en bonus dans un coin du miroir de la salle de bain et les visites de souplex (oui oui duplex en sous-sol, true story), les rendez-vous d’agents immobiliers qui te plantent (quand c’est pas l’inverse j’avoue), ou le courtier qui te demande si l’appartement que tu as vu bénéficie des normes électriques NFC-15.100 « euh je sais pas mais y avait une chouette baignoire sur pieds et une terrasse pour les apéros ».

Bref, la recherche d’appartements et les visites c’est un boulot à plein temps, je traîne les filles après l’école et la crèche dans un appartement nouveau chaque soir et elles se prennent au jeu.

La grande essaie de négocier de garder les jouets et la déco de l’appartement et la petite teste la patience de l’agent en lui jetant sa tétine dessus. C’est toujours mieux que quand ma grande me dit « maman j’ai un secret à te dire je trouve ça moche » ou que la petite déchire méthodiquement les posters de la chambre de l’ado de la famille.

Mais à force on sait décrypter les annonces :

atypique = rez-de-chaussée ou souplex ou triplex avec une pièce par étage ou les 3 mon capitaine,

agence s’abstenir = particulier qui adore son appart et veut le revendre bien au-dessus des prix du marché,

charme de l’ancien : blindé de travaux et de peinture à refaire,

3 chambres = 2 chambres et un placard avec fenêtre mais on va pas faire les difficiles hein,

à rafraîchir au goût du jour = papier peint freaky (des CLOWNS) et cuisine en bois sombre, lunettes de toilettes en moumoutte,

idéalement situé = face à la gare, tiens bien ta vaisselle quand un train passe,

places à proximité = dans le trou du cul du monde

giphy

Et voici la chambre des parents !Renovation_Cave_1_G_bis

 

BREF, malgré tout j’adore ça et je m’invente plein de vies à chaque visite, j’adore et je déteste tout ce que je vois, et j’ai tellement hâte que je suis prête à dire oui à n’importe quoi (mais c’est pas grave les toilettes sur le palier si ? Mais quel bourgeois !)

A bientôt les gars !