All I want for Christmas is…

.. Nan, pas you !

Pas Ryan Gosling non plus (même si c’est tentant), alors s’il te plaît Père Noël, même si on ne croit plus trop en toi cette année, est-ce que tu pourrais m’apporter :

– Un abonnement à une box de thés, comme Envouthé ou La Thé Box ? Parce que j’adore le bon thé (et je vomis les sachets de Lipton et de Twinings), mais qu’à part Kusmi et Mariages Frères, j’en ai une connaissance limi-thé (ah ah ah) !

Capture d’écran 2014-11-26 à 20.03.04

– Des Uggs ou des Minnetonkas ambiance grand froid et Pocahontas (même si ici il fait encore 17 degrés, que je n’ai pas encore mis de manteau d’hiver et que je suis encore pieds nus dans mes mocassins d’amour).

minnetonkaUG1-fzw-0009-99@1– De la déco, parce qu’à force de visiter des appartements, je commence à complexer sur la nôtre (meubles achetés en vitesse chez Ikea car quand on s’est installés il y a 8 ans on avait toujours loué des meublés, donc on a tout pris là-bas). Donc des affiches, des guirlandes lumineuses, des coffres et du rangement,

Capture d’écran 2014-11-26 à 20.11.57

Capture d’écran 2014-11-26 à 20.16.26

– Du parfum, mais pas du fort, ni du cher s’il te plaît, parce que j’aime m’en asperger matin  midi (pour évacuer les odeurs de tupperware au micro-onde), soir et même en me couchant. Du léger, du fleuri, du frais. Si tu le trouves en bouteille d’un litre je suis preneuse !

Capture d’écran 2014-11-26 à 20.21.54

 

Voilà, cette année, pas d’électroménager, parce qu’à vrai dire, j’électroménage très peu en ce moment. Et aussi, vu que tu fais le tour de la planète en une nuit, si tu peux venir nous aider pour notre prochain déménagement (ON A FAIT UNE OFFRE D’ACHAT !!), ça serait bien gentil.

Et vous, des envies pour Noël ?

 

 

Publicités

La Petite Lolie

La petite Lolie, elle est comme toi, elle est comme moi.

L’école elle aime bien ça mais elle aime encore mieux rester avec sa maman et son papa

La petite Lolie elle a de la chance, quand ses copines restent à la cantine manger du pipi au brocolis avec Sylvie, elle rentre chez elle avec maman, manger du riz, boire du jus de fruits et même se faire des guilis guilis.

La petite Lolie à 4h30 repart avec maman et un pain au chocolat pendant que Noa reste dans la cour toute froide ou bien dans le gymnase qui sent les chaussettes.

La petite Lolie le mercredi fait du poney avec maman, elle va à la piscine, invite Julie et va au café prendre le goûter.

Mais aujourd’hui, la maman de Lolie lui a dit que tout ça c’était fini. Fini le guili du midi, le pain au chocolat du gouter et la piscine du mercredi. Parce qu’elle a trouvé un travail.

Et c’est bizarre parce que maman elle a même pas l’air triste que ça soit fini, elle sourit. Alors que la petite Lolie, dans son cœur, elle pleure fort. Mais elle dit à maman « d’accord ».

Maintenant, la petite Lolie aussi mange du pipi au brocolis avec Syvie le midi, va au gymnase à chaussettes après le goûter et au poney le mercredi, mais plus avec maman, avec le centre aéré.

Maintenant, maman est fatiguée le soir et la presse le matin, et l’inverse aussi « aller hop hop Lolie, enfile tes bottes on va être en retard ! », « Loliiiiie, ne t’essuie pas sur mon pull ! » « aller hop hop Lolie, dépêche toi de finir ton dîner, faut aller au lit maintenant ». Elle ne fait presque plus de guilis guilis. Elle sourit moins aussi.

Maintenant, la petite Lolie est fatiguée le soir aussi. Elle crie, s’énerve et envoie valser son riz. Elle aime plus le riz d’ailleurs. Elle aime plus rien d’ailleurs. Demande si la cantine c’est pour toute la vie ? Elle dit même à sa maman qu’elle sent le vomi.

Alors maman cajole, console, rassure, explique et sourit. Elle lui explique sa nouvelle vie, lui dit qu’on va s’habituer, qu’elle aussi au fond, ça lui manque le riz au guili-guili.

La petite Lolie n’est plus si petite que ça aujourd’hui. A la cantine, elle a 3 copines. Elle fait même des boulettes avec ses brocolis qu’elle jette dans les cheveux de Sylvie. Et puis le gymnase à chaussettes finalement c’est chouette, on peut même y faire des galipettes.

photo (1)

Maman sourit aujourd’hui, même si parfois elle crie fort. Elle arrive à faire les deux en même temps d’ailleurs.

Et Lolie ? Lolie ne sait pas. C’était plus mieux bien avant, quand elle avait maman rien que pour elle, mais parfois laisse échapper un « chouette y a école aujourd’hui ». Lolie est petite et grande à la fois, et finalement, sa maman aussi…

J’y crois pas !

Cette années c’est le cinquième Noël de ma grande.
Un Noël un peu particulier puisque c’est le premier où ça y est, elle n’y croit plus. Elle SAIT.

Dans les débats qui font rage sur la blogosphère parentale, il y a l’allaitement, le « laisser-pleurer », les colliers d’ambre, la fessée, la diversification, et le Père Noël.

Faut-il y faire croire ou non ? Jusqu’à quel âge ? Enfin pour la plupart des gens d’ailleurs la question ne se pose même pas. C’est avec ce blog que j’ai découvert que certaines personnes ne voulaient pas y faire croire leurs enfants.

Ça m’avait fait tilt. Des souvenirs de peur du Père Noël me sont revenus. Et puis ma grande, si rationnelle, si méticuleuse, si raisonnable : je pensais qu’elle se serait sentie trahie d’y avoir cru. Aurait relevé les moindres incohérences. Je n’avais plus envie qu’elle y croit.

Et puis, la famille, les habitudes, la tentation et la facilité : nous sommes aussi rentrés dans le mythe du Père Noël. Et c’est quand même le mensonge universel le mieux organisé au monde, elle y a donc cru à 100%.

Jusqu’à il y a un mois environ.

Je vous raconte ?

Depuis plusieurs mois, voire années, ma fille est terrorisée par le loup. Persuadée qu’un loup peut rentrer dans la maison, lui voler son doudou. Vous le voyez venir ? Je lui achète un livre sur la nuit qui se veut rassurant. Qui montre que la nuit a des côtés magiques, comme la nuit de Noël.

Et là ça a fait tilt dans sa tête. Limite si je n’ai pas vu les rouages se mettre en action : « MAIS SI LE PÈRE NOËL PEUT RENTRER ALORS LE LOUP AUSSI TU ME MENS JAI PEUR !! »

Que faire ? Enfoncer le mensonge en en rajoutant une couche ? Lui dire que le Père Noël est magique lui ? Inventer des détails supplémentaires ?

Non, la vérité, rien que la vérité et toute la vérité pour la rassurer.

Je pensais qu’elle allait adorer cette vérité. Se sentir rassurée, se sentir grande et valorisée qu’on lui confie le secret le mieux gardé au monde.

Et bien non. Elle regrette de savoir, voulait y croire, se force à y croire encore un peu. En a même pleuré. Se sent à l’écart à école quand ils préparent tous Noël.

Quelle triste et quelle culpabilité j’ai ressenti. J’ai eu l’impression de la faire grandir trop vite, de lui voler un bout de son enfance. J’ai essayé d’argumenter en lui disant que nous adultes, on adorait quand même Noël bien que sachant la vérité, qu’elle était grande, qu’on y croyait quand même un peu au fond et qu’il fallait que sa petite sœur y croit un peu, elle.

J’imagine que le soir de Noël entourée de ses cousins-cousines devant une bûche aux marrons ou le matin de Noël devant tous ses cadeaux, elle n’y pensera plus. Je l’espère. J’espère que Noël sera pour elle aussi magique qu’il l’est toujours pour moi, et je m’en veux, même si au fond c’est pas si grave. Si ?

IMG_0547.PNG

10 choses que vous ne savez (peut-être pas encore) sur moi

Je n’aime pas trop les tags, mais j’adore parler de moi et lire la vie des autres, alors ce tag vous pensez, je ne pouvais pas passer à-côté.

Sur une idée de Sabine (et de plein d’autres par la suite), voici 10 choses que vous ne savez peut-être pas de moi :

* Je ne repasse rien, je n’ai jamais repassé et je ne sais pas le faire. J’ai sans doute l’air froissée mais ça fait partie de mon style, non ? J’ai du mal à comprendre les gens qui repassent les draps, les couettes, les caleçons, les jeans. Ou alors c’est que comme je suis, hum, ronde (?) tout est extra tendu sur moi ? Je suis donc le meilleur fer à repasser ever. CQFD.

* Je pourrai passer ma vie dans le bain. Dès que j’ai une soirée seule ou un moment dans la journée, je m’y plonge, je rajoute un filet d’eau bouillante tout au long du bain. Chez mes parents (qui ont un chauffe-eau au gaz, donc pas de ballon pré-rempli), ça peut aller jusqu’à 2 dans la journée. Ouais, je sais, l’écologie, toussa. Mais d’ailleurs, tu savais pas ? La fonte des glaces et les abeilles qui meurent c’est moi.

* J’ai un problème avec les chaussures. Pour moi et pour les filles. J’en achète plein de paires, je sais d’avance que peut-être ça n’ira pas, j’en achète parfois sans elles, j’en prends des que je ne mettrai jamais, mais je sais pas, j’en achète. Pas moins de 4-5 paires l’an dernier rien que pour ma grande. Et je ne trouve jamais jamais celles que je veux exactement.

* Je suis phobique de l’étouffement, de l’étranglement. J’interdis catégoriquement à mon copain de manger des cacahuètes s’il est seul dans l’appart (alors que bon, si j’étais là, je ne sais pas ce que je ferai de plus), j’ai eu du mal à passer aux morceaux pour les filles et quand je suis seule, dans le doute, je mange des choses molles (tsss nan pas ça).

* J’adore Marseille et je n’aimerai vivre dans aucune autre ville au monde…. Sauf si mon chéri acceptait qu’on vive tout près de chez mes parents que j’adore, j’aimerai voir ma mère (chérie) tous les jours si je le pouvais.

* Je n’ai jamais fait de boulot d’étudiant ou de lycéenne, je suis une grosse bourge (et une flemmasse, oui oui)

* J’ai presque 33 ans et toujours pas mon permis. Mais tu vas le passer ? Oui oui bien sûr ! (mais en fait, là, tout de suite, non).

* Je suis parfaitement bilingue. Mais à part regarder des séries sans sous-titres et pester sur les sous-titrages à la noix, ça ne me sert strictement à rien dans la vie. (par contre si tu me fais regarder un film en VF je pars pleurer, désolée).

* Je rêve d’avoir des jumeaux ou des jumelles. Je ne me l’explique pas, j’adorerai ça. Passer de 4 à 6 ne me ferai pas peur.

* Je ne suis pas carriériste et je suis surtout une grosse flemmasse : j’adore mon travail, mes horaires mais dans un monde idéal je ne travaillerai pas. Du tout. Et je laisserai les filles à la crèche et à l’école et je ne m’embêterai même pas. Je me vautrerai dans 10 bains par jour puis ferai la sieste dans ma couette froissée (en portant des chaussures moches) en regardant des séries, le tout au téléphone avec ma mère.

Aller, j’avoue, j’ai 14 ans en fait.

Little Miss Burn-Out

Est-ce que c’est novembre ? Est-ce que c’est le changement d’heure ? Ou alors le « nouveau » rythme de travail depuis septembre où je suis en quasi temps plein ? Ou mon chéri qui rentre rarement avant 21h, me laissant assurer l’intendance des filles à 100% ?

Ou bien alors est-ce que je suis particulièrement faible puisque tout le monde semble y arriver sans trop de heurts ?

Toujours est-il que mardi, une copine de crèche, voyant ma petite mine m’a demandé si ça allait.

La question qu’il fallait, posée au bon moment. Attendant une réponse autre que « oui oui et toi ? ». Un vrai intérêt.

Bref, une chute du Niagara lacrymale plus tard je me suis dit que non ça n’allait pas.

Non, depuis un mois je m’invente 1000 et 1 maladies, mon hypocondrie s’est réveillée et elle y va fort la garce.

Non, ça ne va pas, je pense tous les jours au père de la meilleure amie de ma fille, décédé à la rentrée, et mes maladies imaginaires décuplent.

Non, je la pleure encore un peu tous les jours, je ne sais pas si ça s’arrêtera un jour…

Non, j’enchaîne infection sur infection, et je ne songe à mon corps que quand il a mal. Je voudrai prendre soin de lui, faire cette rééducation que je ne lui ai jamais offerte (et puis les boules dans la vie quotidienne, c’est dur à assumer finalement), le détendre, le rassurer, le trouver beau.

Capture d’écran 2014-11-20 à 20.45.30

Je voudrai ne plus être exaspérée par mes filles, surtout une qui me ressemble tellement dans l’angoisse et qui m’irrite, avec qui je l’avoue en octobre j’ai franchi l’infranchissable pour moi, avec une (sacrée) gifle.

Non, je ne me reconnais pas, je suis tendue et désagréable, je me suis engueulée avec la voisine et lui ai claqué la porte au nez. Ce n’est pas moi, ça.

Alors je ne vais pas prendre de grandes résolutions que je ne tiendrai pas, je vais y aller petit à petit. Ré-apprivoiser ma vie dédiée aux autres depuis 5 ans. Laisser les filles une heure de plus à la garderie et à la crèche une fois de temps en temps. Faire cette rééducation. Ne plus visiter de nouvel appartement chaque soir parce que c’est épuisant, respirer avant de hurler, voir des copines rien que moi et elles les week-end et tant pis si c’est le seul moment où je vois mon chéri, je ne peux pas passer ma vie à l’attendre…

Vivre un peu, prendre le temps. Et attendre le printemps.

ça va vous ?